Connect with us

Disiz la Peste met fin à la tendanse au Hip Hop

Diaspora

Disiz la Peste met fin à la tendanse au Hip Hop

Disiz the end, le dernier album rap de Disiz ? Peut-être. En tout cas, un disque intense pour ce rappeur anti-gangster.

Le titre phare de ce disque Disiz the End, celui qui explique pourquoi il marque pour son auteur un largage d’amarres radical, c’est 27 octobre, récit réel d’une tentative de racket par des gens gravitant autour de Disiz la Peste. Extrait : « Des traîtres m’avaient serré la main, le lendemain voulaient me lacérer d’une lame acérée, dans mon sang voulaient me laisser macérer, et l’étau n’a fait que se resserrer. » Ambiance…

Voilà donc pourquoi Disiz the End est le dernier disque de rap stricto sensu pour cet artiste révélé au grand public par le tube énorme J’pète les plombs, avant un retour avec un style plus éclectique, teinté d’électro rock, dont on a un bref extrait à la fin de l’album. Il suffit d’écouter Bête de bombe 4 pour comprendre que Disiz a toujours ce don pour la formule choc, la punchline qui tue.

Mais contrairement à d’autres, et c’est là qu’il sort du lot, Disiz sait montrer ses sentiments sans les prendre pour des faiblesses. Il le prouve avec des morceaux comme Papa Lova et L. O. V. E. (featuring Humphrey). Disiz revient de loin, mais avant de partir, il nous livre La fin du début, un disque de hip hop efficace, drôle, sombre parfois, efficace toujours.

Bref, juste de quoi nous faire regretter que quelques abrutis aient réussi à le dégoûter du milieu rap français. En attendant la suite (Disiz travaille notamment avec le groupe électro français Rouge À Lèvres), voilà de quoi déjà regretter cet insolent MC qu’est Disiz, un raconteur d’histoires hors pair.

Source : rfimusic

 

Continue Reading
You may also like...
Comments

More in Diaspora

Populaires

Facebook

To Top