Connect with us

Interviews Movaizhaleine

Interviews

Interviews Movaizhaleine

Il n'est plus à présenter aujourd'hui dans notre pays. Le groupe Movaizhaleine compte à nos jours quatre (4) albums, deux(2) solos dont un single de Lord Ekomy Ndong et un autre de Maât le Seigneur Lion. Movaizhaleine à travers le label ZORBAM dès 1990 date à laquelle ils se  rencontrent et forment  le groupe, réussit à se structurer et monte en 2007 leur propre studio d'enregistrement: « LA FORET DES ABEILLES. » Movaizhaleine est le groupe le plus ancien de rap gabonais et le plus populaire. Leur dernier album intitulé: « On détient la harpe sacrée. Tome 2 » connaît un immense succès et est en tête de vente dans notre pays. C'est pourquoi la rédaction de Gabonhits, a voulu les rencontrer pour parler de long en large de ce dernier né.

 

MH: Bonjour.

GABONHITS: Pouvez vous nous retracer brièvement les grands moments de votre carrière?

MH: Notre rencontre a été un pur hasard au Lycée National Léon Mba en 1990 lors des inscriptions en cours de vacances. Puis au fil des années, nous avons été inspirés du groupe IAM, Public Ennemi…mais particulièrement de Yannick Ndong Mba ( grand frère de Lord Ekomy).
-En 1999, nous sortons notre premier album: « Mission à Mbeng ». Album composé de 10 titres dans lequel notre objectif était non seulement de nous faire connaître au public mais aussi de montrer les inégalités entre rappeurs du Nord et Sud et les différents travers de la société gabonaise.
-En 2000,nous avons: « mission accomplie » qui est une continuité du premier album de plus d'une dizaine de titre.
−    En 2005, «  la communauté de la harpe » 1er volume
−    En 2007, «  la communauté de la harpe. Tome » avec 17 titres.

GABONHITS: Où en êtes-vous avec MTV et ELF ?

MH: Il s'est passé qu'en 2007, MTV  a fait le tour de l'Afrique en sélectionnant et en choisissant un groupe dans chaque pays pour la réalisation d'une vidéo. Pour le Gabon, c'est le groupe Movaizhaleine qui a été choisi et c'est le public qui a voté en notre faveur ( j'en profite pour dire au public que nous en sommes reconnaissant, cela nous fait penser que nous jouissons d'une certaine crédibilité). Tout le tournage s'est passé ici à Libreville en présence de tous les autres élus  tels que Pitbacardie, Marginal, Jast etc. La première partie du tournage a été  à la C.I. et la seconde  partie au circle de l'équateur et à Alibadeng. Tout le travail a été centré sur le titre « Nous » car ce titre qui a été choisi le réalisateur de MTV.

GABONHITS: Pourquoi « Nous »?

MH: Pour ceux qui ont choisi l'art et de vivre de ça mais qui se heurte à l'ignorance, au mépris, à la négligence et à la méconnaissance totale du pouvoir public. C'est une sorte de coup de gueule de la part des artistes envers les dirigeants car les artistes sont considérés comme des bouffons, des personnes qui sont utilisées  pour agrémenter des manifestations à gauche et à droite. C'est le sens de la phrase: le pouvoir ignare ignore la valeur de l'art et du sport or, nos gars valent de l'or.

GABONHITS: Dans ce deuxième volume, que voulez-vous mettre en valeur ?

MH: Le discours principal ici est la nécessité d'urgence qu'il y a  à se rattacher à la culture par ce que si ce n'est pas le cas il n'y aura plus d'Afrique. l'esclavage et la colonisation ont eu pour rôle d'effacer la mémoire du peuple africain car ce dernier ne se connaît plus. Le peuple africain est perdu entre la culture occidentale et la leur. Donc il faut que le peuple reparte en source. La communauté de la harpe, c'est la communauté qui a choisie d'amorcer le retour au source. La harpe : c'est la culture du Gabon, c'est l'instrument rituel utilisé dans le bwiti, c'est un instrument qui accompagne les louanges, les rythmes et les prières…c'est un instrument sacré. La harpe symbolise donc la culture.

 GABONHITS: Qu'en est-il du « Bilangum »?

MH: Le bilangum est une espèce de dictionnaire pour traduire le langage de la rue. Toli vient du verbe talk en anglais et Bangando signifie Homme de la rue.

GABONHITS: Et, elle m'appelait Senghor ?

MH: C'est une chanson de Lord Ekomy,c'est un projet où les rappeurs chantent sur les textes de Senghor. Lord a été sollicité, mais sa particularité est qu'il a écrit un texte dans lequel il parle de sa grand mère «  maman Ayiwa » qui le prenait pour un génie car durant son parcours scolaire il occupait toujours la première place même devant les blancs. Cette chanson est en quelque sorte un symbole d'érudition.

GABONHITS: Quelle est la philosophie de l'album?

MH: Le groupe Movaizhaleine propose un message d'émancipation intellecto-spirituel, c'est-à-dire de respect de l'Homme, la connaissance de soi, de son passé, de manière générale d'être imprégner de sa  nature. Movaizhaleine peut aussi se lire : Mme la harpe, c'est notre force, « notre fétiche ». C'est  interpelatif parce que faire de la harpe, c'est faire de la culture. Autrement dit, un peuple sans culture est comme un arbre sans racine.

GABONHITS: Avez vous un message à faire passer ?

MH: Il est plus important aujourd'hui que l'Afrique se réapprend par ce que c'est la base de tous ses problèmes, pour qu'en toute lucidité elle puisses réorienter. Beaucoup  de questions qu'on se pose aujourd'hui viennent du fait qu'on ne se connaît pas personnellement. Moi, personnellement MAÂT SEIGNEUR LION, j'invite tous les jeunes à apprendre leur langue maternelle, à s'initier aux rites de chez eux, à s'aimer en tant qu'Africain, à aimer l'Homme. J'invite, j'excite la jeunesse des peuples occidentaux a beaucoup plus d'amour pour l'Homme, pour eux et à prendre part au combat de réhabilitation de manière obligatoire car ils ont dans une certaine mesure leur responsabilité. « L'AMOUR EST UNE ARME »

GABONHITS: La rédaction de Gabonhits vous remercie

Movaizhaleine: Merci à vous également

 

Continue Reading
You may also like...
Comments

More in Interviews

Populaires

Facebook

To Top