Connect with us

Le message du rappeur Lestat XXL au successeur de Bongo

Actualités Nationales

Le message du rappeur Lestat XXL au successeur de Bongo

Il y a quatre ans, le rappeur gabonais Lestat avait « écrit une lettre » à Omar Bongo Ondimba, dans laquelle il lui demandait de se préoccuper davantage de la misère dans son pays. Selon lui, rien n’a changé depuis. Il adresse donc un nouveau message au successeur du doyen des chefs d’États africains : « Tenez compte du talent plus que de l’appartenance « ethnique » des Gabonais. Voici donc le contenu de cette chanson…

« J’étais intrigué par les côtés obscurs de la Françafrique » Lestat habite aujourd’hui à Paris. J’ai écrit ce morceau en 2005, lors de la réélection controversée du président Omar Bongo Ondimba et des échauffourées qui l’ont suivie. J’ai vécu en France et au Canada ; je pense que le fait d’être « sorti » du Gabon m’a permis de prendre du recul. Nous étions un État prometteur après l’indépendance, en 1960 : nos richesses naturelles sont importantes, compte tenu de la taille de notre pays. J’ai cherché à comprendre les raisons de cette stagnation, voire de cette régression, du Gabon. J’ai notamment voulu savoir pourquoi un gouffre énorme s’est creusé entre les classes sociales, car seule une minorité, souvent proche de la famille présidentielle, bénéficie vraiment de nos ressources naturelles. À l’époque où mon rap est sorti, les Gabonais, bien que pacifiques, faisaient de plus en plus connaître leur mécontentement, ce qui laissait présager qu’il allait y avoir des remous.

Dans ma chanson, je parle de la relation amour/haine que nous avons avec le président. Certains l’aimaient pour son coté « paternaliste », mais beaucoup de pauvres le haïssaient. Revoir les ghettos du Gabon, que l’on appelle chez nous « mapanes », m’a également interpellé ; la pauvreté et l’insalubrité qui y règnent m’ont énormément touché. J’étais aussi intrigué par les côtés obscurs de la Françafrique, notamment ceux concernant les compagnies pétrolières internationales. Je voulais toucher la jeunesse gabonaise très friande de rap et de hip-hop, qui ne s’intéresse pas du tout à la politique et qui ne croit pas à un changement possible. « Rien n’a changé » Depuis rien n’a changé, bien au contraire. Les problèmes du système scolaire, liés en particulier aux salaires des professeurs, sont sans précédents ; une fois encore cette année, les examens sont menacés. Les relations avec la France sont loin d’être au beau fixe et les décès successifs de la première dame et du président Bongo peuvent déclencher une période de troubles, de doutes et d’insécurité. La fermeture des frontières maritimes et terrestres, ainsi que l’instauration d’un couvre-feu de 30 jours, ne sont peut-être pas uniquement de vaines précautions…

Une majorité de Gabonais (notre population est très jeune) n’a jamais rien connu d’autre que le régime de Bongo. Ils ne savent donc pas quoi penser. Beaucoup appréhendent avec anxiété la suite des événements et espèrent un changement. D’autres se veulent plus réalistes et prédisent la mise en place d’une ‘dynastie Bongo’. Il est indéniable que le président a aidé à régler des conflits en Afrique, notamment dans la sous-région. Après tout, il était le doyen. Sa mort affecte donc beaucoup de monde, bien au-delà du Gabon.

Celui qui lui succédera sera sûrement l’un de ses proches ou quelqu’un de son cercle. Selon moi, son successeur n’aura qu’une seule chose à faire pour obtenir la confiance de son peuple : jouer la carte de la rupture, en nommant, par exemple, un opposant au poste de Premier ministre ou en constituant un gouvernement de coalition. « Tenir compte du talent plus que de l’appartenance ethnique » Ce gouvernement devrait également miser sur le talent plus que sur l’appartenance ethnique des Gabonais, la géopolitique ayant montré ses limites. Il y a un risque de révolte qui subsiste mais, compte tenu, de notre faible population, ce scénario est improbable, ou en tout cas moins plausible que dans les pays voisins. »Contributeurs

Lestat


 

Continue Reading
You may also like...
Comments

More in Actualités Nationales

Populaires

Facebook

To Top
Contact Us!
Your message was successfully sent!