Connect with us

Magic System de retour dans leur « ghetto » d’Abidjan

Diaspora

Magic System de retour dans leur « ghetto » d’Abidjan

magic showDix ans après le tube « Premier gaou » à l’origine de son succès mondial, le groupe ivoirien Magic System a marqué sa reconnaissance à Anoumabo, petit quartier pauvre de la mégapole abidjanaise, en y organisant ce week-end un festival musical.


Baptisé Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), il accueillait samedi et dimanche dernier une soixantaine de jeunes inconnus de la musique ivoirienne, qui croisent de célèbres artistes africains de leur génération, comme le rappeur sénégalais Didier Awadi.

Quand on rencontre le succès alors qu' »on est issu d’un quartier pauvre comme Anoumabo, il y a de quoi regarder dans le rétroviseur », confie A’Salfo, leader du groupe des quatre garçons.

« C’est une reconnaissance, voire du civisme: c’est tout à fait normal que nous revenions dix ans après pour aider Anoumabo », estime le chanteur, Salif Traoré pour l’état-civil, casquette vissée au crâne.

Propulsé en 1999 par « Premier gaou », le groupe a collectionné depuis lors 11 disques d’or et un disque de platine, vendu plus de cinq millions d’albums dans le monde et joué dans des salles aussi mythiques que l’Apollo, à New York.

« Nous voulons montrer au monde entier (…) que nous sommes partis d’un ghetto », explique-t-il, souhaitant que leur parcours puisse « redonner espoir » aux jeunes du quartier.

A’Salfo « a compris comment il pourrait faire perdurer sa musique en mariant son talent avec celui des autres, en conservant sa base en Côte d’Ivoire et en y revenant pour investir », indique ce spécialiste des musiques africaines.

« Dans une Afrique qui voit partir ses enfants les plus talentueux, pas seulement dans le domaine artistique, il y a quelqu’un qui dit: oui, « moi je tiens à rester là et faire des choses chez moi », se réjouit-il.

Ce retour aux sources n’empêche pas les « gaous » de songer à l’avenir. « Notre carrière est riche, mais elle n’est pas vieille. On n’a que dix ans, qui nous ont permis d’apprendre beaucoup de choses. C’est maintenant que nous allons démarrer ».

AFP

 

Continue Reading
You may also like...
Comments

More in Diaspora

Populaires

Facebook

To Top