Connect with us

Monique Seka: « Mon prochain album est en préparation »

Diaspora

Monique Seka: « Mon prochain album est en préparation »

Monique Séka, surnommée la reine de l’Afrozouk, répond avec un grand sourire aux questions qui lui sont posées. Elle est présente ce 3 décembre 2009 au Cameroun, à l’occasion de l’enregistrement d’une édition spéciale de l’émission «Jet privé ».

C’est en 1989 que le monde découvre Monique Séka, à travers son deuxième album intitulé « Missounwa ». Le mélange de zouk et de rythmes africains surprend et séduit en même temps les mélomanes. Elle est pourtant plongée dans la musique depuis son enfance, puisqu’issue d’une famille de musiciens. Son père, Okoi Séka Athanase, est un chanteur populaire en Côte d’Ivoire, auprès de qui elle s’initie à la musique. Ses grandes tantes, connues sous le nom « Les sœurs Comoé », font partie des pionnières de la chanson ivoirienne d’avant les indépendances. Elle-même, choriste de studio, s’est essayée au chant indien. Elle a ensuite été dans le « Moya Mélodie Band », un groupe de variété populaire, puis à l’orchestre national de la Radio Télévision Ivoirienne, avant de se lancer dans une carrière solo. C’est pendant qu’elle est choriste dans l’orchestre de la Radio télévision ivoirienne que l’idée lui vient de créer l’Afrozouk. « Nous accompagnions très souvent des artistes antillais et un jour je me suis dis qu’il serait intéressant de voir ce que donne le mélange de musiques

africaines et caribéennes », explique-t-elle. L’Afrozouk est en effet un mélange de musique caribéenne, de N’Dombolo, de Zouglou, de Mapoùka et de Soul.

Mariée et mère de deux garçons et d’une fille, Monique Séka vit actuellement en France avec son mari et imprésario Dominique Richard. Elle est également auteur-compositeur, avec plusieurs albums à son actif. Elle sort son premier album en 1985, intitulé « Tantie Affoué ». Six années après la sortie de Minsounwa, elle sort « Okaman » en 1995. S’en suivent, « Adéba » en 1996, « Yélélé » en 1999 puis « Anthologie » la même année. Elle sortira plus tard une compilation intitulée « Rap sans visa », un best en 2002, puis un autre en 2004. En 2005, elle sort « Stratégie 2005: La reine Monique redéfinit l’afrozouk ». « J’ai beaucoup de projets. Je suis enpréparation de mon prochain album. Je prends mon temps », dit Monique Séka pour expliquer sa longue absence de la scène musicale.

Monique Séka ne cache pas son affection pour le Cameroun. « Chaque fois que je sors un album, le Cameroun est le premier pays à m’inviter. Le Cameroun c’est mon pays c’est la raison pour laquelle dès qu’on m’ y invite je dis oui. Même la communauté camerounaise d’Europe m’a adopté. D’ailleurs après mon séjour camerounais, je suis invitée par les communautés camerounaises de Bruxelles et de Berlin », explique-t-elle.Monique Séka s’apprête à célébrer ses 25 ans de carrière. A cette occasion « je compte poser la première pierre de la construction d’une maternité au Togo », révèle -t- elle. Après autant de temps passé dans la musique, l’artiste ivoirienne semble toujours aussi jeune. « Une femme n’a pas d’âge. Il ne faut jamais demander son âge à une femme », dit-elle en guise de réponse à toute personne qui lui demande son âge.

Source : africahit.com

Continue Reading
You may also like...
Comments

More in Diaspora

Populaires

Facebook

To Top